L’APEL réagit au nouveau plan d’intervention sur les algues bleu-vert du gouvernement québécois

Communiqué de l’APEL

Québec, le 26 septembre 2007. Le « Rendez-vous stratégique sur les algues bleu-vert » organisé par le gouvernement du Québec s’est tenu hier. Cette rencontre a permis de convenir d’un nouveau plan d’intervention qui consiste à « prévenir, protéger et restaurer » les cours d’eau.

L’APEL souligne la pertinence de certaines des mesures annoncées dans le plan d’intervention, en particulier celles visant à réduire les apports en phosphore vers les plans d’eau. Par ailleurs, plusieurs des pistes de solutions que nous avons proposées à la ministre lors de sa tournée de consultation font bonne figure dans le plan d’intervention annoncé.

Mentionnons :
– L’interdiction de la vente des produits nettoyants avec phosphore
– La révision des exigences de rejet de phosphore des ouvrages de traitement des eaux usés se déversant en lac ou en amont
– L’augmentation des ressources du MDDEP affectées au contrôle et au suivi des lacs
– La mise en place de projets pilotes afin d’expérimenter des techniques de restauration des lacs.

Cependant, l’APEL réitère son désaccord quand à la non-reconnaissance du travail des groupes environnementaux régionaux et locaux, comme les associations de lac. Le plan d’intervention fait en sorte que celles-ci n’auront toujours pas accès aux sommes accordées à la lutte contre les cyanobactéries, malgré le fait que ces associations sont celles qui participeront de près à la mise en œuvre des mesures annoncées.

De plus, rien n’est prévu pour inciter les municipalités à obliger les propriétaires privés à restaurer leurs rives. Aussi, la préservation des milieux humides n’est aucunement mentionnée ainsi que la problématique d’imperméabilisation des sols.

Enfin, l’APEL déplore que plus de la moitié des fonds consentis pour la mise en œuvre du plan d’intervention sera allouée aux problématiques liées au non-respect des règlements par le milieu agricole. Ainsi, Québec s’apprête à octroyer de nouveaux pouvoirs aux municipalités pour intervenir contre les citoyens ou villégiateurs récalcitrants en vertu du principe « pollueur-payeur », alors que le milieu agricole se vera accorder 145 M$ en guise d’aide pour finalement commencer à respecter leur obligation légale de ne pas intervenir en bandes riveraines !

Depuis plus d’un mois, il y a présence d’algues bleu-vert dans à la grandeur du lac Saint-Charles.C’est une progression inquiétante depuis l’an passé, alors qu’à ce moment le problème était localisé. L’équipe formée de l’APEL, de l’INRS et de l’Université Laval continue de travailler à la réalisation de l’étude limnologique du bassin versant et les premiers résultats serons diffusés dès l’hiver. Par contre, nous souhaitons que tous les résidants du bassin versant unissent leurs énergies dès maintenant afin de diminuer leurs apports en phosphore au lac Saint-Charles.

Source: Sylvie LaRose et Mélanie Deslongchamps, APEL. Téléphone : 849-9844

Pour lire le communiqué de presse et le Plan d’intervention sur les algues bleu-vert du MDEPP.

Pour voir le déroulement de la journée en vidéo: