Les milieux humides, des trésors méconnus

De façon générale, on appelle milieux humides les habitats formant la transition entre le milieu terrestre (forêt, prairie, etc.) et le milieu aquatique (lac, rivière, fleuve, etc.). Les milieux humides regroupent les marais, les marécages, les petites mares, les zones fréquemment inondées et les tourbières. Bien qu’ils soient parfois petits, ils ont une très grande importance dans le maintien de la qualité de notre environnement. Malheureusement, ils sont parfois mal perçus et leur véritable valeur est souvent ignorée.

Un milieu débordant de vie

Chevauchant littéralement deux « mondes », les milieux humides sont visités par une multitude d’animaux et un grand nombre de plantes colonisent ces écosystèmes très spéciaux. Pour certains animaux, il s’agit d’une pouponnière de premier choix et pour d’autres, un garde-manger exceptionnel. En fait, la moitié des espèces d’amphibiens et de reptiles et le tiers des oiseaux du Québec ont besoin des milieux humides pour survivre. Enfin, plus du quart des plantes rares du Québec se retrouvent dans les différents milieux humides de notre territoire.

Un centre multiservice

En filtrant l’eau qui y circule, les milieux humides sont l’équivalent des reins et du foie de nos lacs et rivières. En effet, ces zones d’eau peu profonde permettent la décantation des sédiments et les plantes qui s’y retrouvent absorbent ou transforment les éléments nutritifs et réduisent la concentration de certains contaminants présents dans l’eau. De plus, ces milieux agissent comme des éponges en retenant l’eau de pluie et la laissant s’écouler graduellement, de sorte qu’ils contribuent à régulariser les crues et à favoriser la recharge de la nappe phréatique. Cette capacité d’absorption leur permet d’atténuer les conséquences parfois désastreuses des sécheresses et aussi de limiter l’érosion des rives des cours d’eau. Ainsi, la valeur des services rendus à la collectivité par un milieu humide se chiffre rapidement en millions de dollars.

Un monde à découvrir et à protéger

Que ce soit par la terre ferme ou par l’eau, les milieux humides sont autant de trésors à découvrir au gré de nos loisirs. C’est en faisant connaissance avec la flore et la faune exceptionnelle qu’ils nous offrent que nous comprendrons pourquoi il est important de les conserver.

Sources et informations : Mathieu Durette et Sylvie LaRose – APEL