Le lac Saint-Charles est-t-il en santé ?

Son état de santé est inquiétant sans toutefois être irréversible. En effet, comme le corps humain, si on ne prend pas soin de sa santé, les risques sont plus grands. Présentement, le vieillissement du lac Saint-Charles est accéléré par l’urbanisation de ses rives et du territoire sur l’ensemble de son bassin versant. La déforestation, l’imperméabilisation des sols, l’utilisation des engrais et des pesticides et les installations septiques déficientes sont autant de facteurs qui nuisent à sa santé. De plus, bien que le taux de renouvellement des eaux du lac soit élevé (environ 15 fois/an), sa faible profondeur et l’importance des matières organiques qui s’y accumulent favorisent la prolifération de plantes aquatiques et d’algues, en plus de provoquer un déficit en oxygène dans le fond du lac pendant une bonne partie de l’année. Ce phénomène d’eutrophisation1 graduelle du lac a une incidence sur l’équilibre biologique des eaux.

eutrophisation : enrichissement de l’eau par des nutriments, en particulier par des composés d’azote et de phosphore. Ce processus naturel est accéléré par l’apport de matières nutritives lié aux activités humaines.