Rivière Jaune

Le bassin versant de la rivière Jaune couvre 84,1 km². Sa partie amont chevauche les municipalités de Lac-Beauport, des cantons unis de Stoneham-et-Tewkesbury et de Sainte-Brigitte-de-Laval. La partie sud du bassin versant est située sur le territoire de la Ville de Québec. Le bassin versant de la rivière Jaune représente 24 % de la superficie totale du bassin versant de la prise d’eau. Plusieurs lacs se trouvent dans ce bassin versant, dont les lacs Beauport, Clément, Morin, Fortier et Bleu. Le principal affluent de la rivière Jaune est le ruisseau du Valet.

Figure 1 : Carte du bassin versant de la rivière Jaune

Pression du développement domiciliaire

Le secteur environnant le lac Beauport subit une forte pression liée au développement domiciliaire, tant au niveau de l’augmentation des surfaces urbanisées que de l’augmentation du nombre de fosses septiques. Le développement dans les pentes fortes rend également le ruissellement plus difficile à gérer. Par exemple, lors de fortes pluies en 2013, des glissements de terrain ont été recensés. En 1995, une première étude dévoilait des problèmes de contamination de la nappe phréatique du secteur du mont Cervin en raison des installations septiques. Deux décennies plus tard, des études sont toujours en cours pour l’implantation d’un réseau d’égout. Plus au sud, en aval de l’autoroute 73, la rivière Jaune est contaminée par des coliformes fécaux en raison de branchements croisés et de surverses des égouts, notamment.

Figure 2 : Glissement de terrain autour d’une installation septique résidentielle, dans le secteur de Lac-Beauport en 2013 lors d’une pluie importante (crédit: Erick Labbe)

Sels de voirie

Le lac Clément, qui alimente le ruisseau du Valet, est fortement contaminé par les sels de voirie en provenance de l’autoroute 73, du boulevard Talbot et de l’avenue de la Rivière-Jaune (figure 4). La quantité de sels dans les cours d’eau du haut-bassin versant est en constante progression. La figure 3 montre d’ailleurs l’évolution de la concentration de sels à l’entrée de l’usine de traitement des eaux de Québec (UTE Québec), plus en aval sur la rivière Saint-Charles, entre 1977 et 2014.

Figure 3 : Évolution de la concentration en chlorures (mg/L) à l’entrée de la prise d’eau de l’UTE Québec entre 1977 et 2012 (sources : Ville de Québec et APEL)

Figure 4 : Autoroute 73, boulevard Talbot et avenue de la Rivière-Jaune, en bordure du lac Clément (crédit : William Verge)

Études et rapports

APEL (2010) Suivi des rivières du haut-bassin de la rivière Saint-Charles. Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord: 34.

APEL (2011) Rapport d’enquête sur les sources de contamination du ruisseau du Valet. Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord: 51.

Bolduc F. (2000) Diagnose écologique du lac Beauport. Pro-Faune, Québec : 44 et annexes.

Conseil de bassin de la rivière Saint-Charles (2010) Diagnose écologique du lac Neigette : 55.

Dryade experts conseils (1993) Diagnose écologique des principaux lacs (territoire de Lac Beauport).  Pour Municipalité de Lac-Beauport : 140 et  5 annexes.

Fleury M. (2006) Diagnose écologique et suivi environnemental du lac Beauport.  Par Faune Experts, pour la municipalité de Lac-Beauport, Rimouski : 34.

MDDEP (2002) Lac Beauport – Faits saillants sur la qualité de l’eau 2002. Réseau de surveillance volontaire des lacs : 1.

MDDEP (2002) Lac Bleu – Faits saillants sur la qualité de l’eau 2002. Réseau de surveillance volontaire des lacs : 1.

MDDEP (2005) Lac Morin – Faits saillants sur la qualité de l’eau 2005. Réseau de surveillance volontaire des lacs : 1.

MRN (1979) Rapport de la diagnose écologique Lac Beauport. Direction générale des eaux, Ministère des Richesses Naturelles, Service de la qualité de l’eau, Gouvernement du Québec : 31.