Rivière Nelson

La rivière Nelson est tributaire de la rivière Saint-Charles et son bassin versant couvre une superficie de 68 km2. De l’amont vers l’aval, le territoire est occupé par la municipalité de Saint-Gabriel-de-Valcartier, la base militaire des Forces canadiennes de Valcartier et le secteur Val-Bélair de la Ville de Québec. Le bassin versant de la rivière Nelson représente 20 % de la superficie totale du bassin versant de la prise d’eau. Le territoire comprend quelques petits lacs, dont le lac de la Savane et le lac Riley. Le principal affluent de la rivière Nelson est le ruisseau Savard.

Figure 1 : Carte du bassin versant de la rivière Nelson

Urbanisation croissante à Val-Bélair

Le secteur Val-Bélair subit une forte intensification des activités humaines et une densification résidentielle importante qui impactent forcément la qualité des cours d’eau.

Les terrains riverains sont de plus en plus développés, souvent sans souci de préserver la qualité des bandes riveraines. L’impact est mesurable pendant les travaux de construction : les apports importants de sédiments font alors significativement augmenter la turbidité des cours d’eau (figure 3). Également, on trouve sur le territoire de la neige usée (sables et sels de voirie) entreposée en rive ou directement poussée dans les cours d’eau (figure 2).

Figure 2 : Entreposage de matériaux érodables sur un chantier de construction en bordure de cours d’eau (crédit : APEL)

Figure 3 : Neige contaminée entreposée en rive (crédit : APEL)

Sources de contamination diverses

Les sources de contamination dans le secteur de la municipalité de Saint-Gabriel-de-Valcartier sont notamment une carrière/sablière en amont du lac Riley, des installations septiques, des élevages de chiens, ainsi que certaines infrastructures présentes sur la base militaire (un terrain de golf et un centre de ski désaffecté, p. ex.). En amont du ruisseau Savard, principal affluent de la rivière Nelson, on note la présence de fermettes, d’étangs à canards et de nombreuses installations septiques. Une enquête approfondie réalisée en 2011 a également révélé la présence de branchements croisés dans le réseau d’égouts pluviaux. Globalement, toutes ces sources de contamination ont des effets négatifs sur la qualité de l’eau (figure 4).

Figure 4 : Indices de la présence de branchements croisés (crédit: APEL, 2009)

Études et rapports

Voici les principaux rapports et études concernant les cours d’eau et les plans d’eau du bassin versant de la rivière Nelson.

APEL (2012) Rapport d’enquête sur les sources de contamination du ruisseau Savard. Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord: 57.

APEL (2011) Restauration et mise en valeur de terrains riverains du bassin versant de la rivière Saint-Charles – Phase II : rivière Nelson. Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord: 66.

APEL (2010) Suivi des rivières du haut-bassin de la rivière Saint-Charles. Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord: 34.

Dionne N. et C. Meunier (2009) Qualité de l’eau de la rivière Nelson. Conseil de bassin de la rivière Saint-Charles : 76.